Cabinet de Psychothérapie et de Coaching à Pontoise (95)

Catégorie : Non classé

Le rythme du patient en psychothérapie et la fréquence des séances, évolution de Freud à nos jours

Fréquence des séances, l’étirement du temps en psychothérapie

La première séance en psychothérapie représente l’occasion de placer les premiers éléments du cadre thérapeutique : le prix de la séance et sa fréquence en sont des incontournables. Mais alors, puisqu’on en parle, y a-t-il une bonne fréquence pour consulter son psy ? Voici un bout de réflexion décousue sur le sujet.

Trop porter épuise, mais se débarrasser de son fardeau n'est pas facile

« Débarrassez-moi de ça ! » malentendu inaugural en psychothérapie

« …Et c’est pourquoi je viens vous voir. Je n’en peux plus de vivre avec ça, je veux oublier, passer à autre chose. Je veux que vous m’aidiez à m’en débarrasser définitivement. »

Voilà comment nous arrivons un beau jour dans le cabinet d’un psy, avec l’espoir de parvenir enfin à annuler un passé qui nous pèse.

Will Hunting, la violence contre soi

Certaines œuvres populaires saisissent à merveille un enjeu ou un autre de la vie psychique et des relations humaines. Elles nous permettent alors d’atteindre une compréhension parfois plus fine que celle qu’on pourrait apprendre dans le meilleur manuel. Dans cet ordre d’idée, j’ai déjà évoqué Vice-Versa sur ces pages, à propos des émotions, A Star is born sur la question de l’amour fusionnel ou Into the wild pour pointer la quête d’indépendance lorsqu’elle est menée à son paroxysme.

la peur, objet de honte et de tentative de contrôle

Ne touchez pas à mes peurs !

Peur, n.f. La vaincre à tout prix.

Voilà la définition que Flaubert aurait pu nous livrer dans son dictionnaire des idées reçues, version 21e siècle. Et s’il est riche de travailler sur ses peurs, comme on l’entend souvent dans le jargon psychothérapique, il convient cependant de replacer les choses : avant d’être une entrave, la peur nous protège. Outre le fait qu’elle nous empêche de faire un paquet de bêtises, elle est essentielle à la survie.

Corps-esprit : une coupure insoutenable

La connaissance n’est que rumeur tant qu’elle n’est pas inscrite dans les muscles.
(proverbe néo-guinéen)

Le corps-machine

Paul fait du footing trois fois par semaine, ainsi qu’une séance de tennis et une autre de natation. Lorsqu’il en est empêché (mauvais temps, emploi du temps incompatible), il sent bien que son corps réclame son dû.

Et si la notion de consentement s'apprenait dès le plus jeune âge ?

Je n’aime pas faire la bise

– Chez nous c’est quatre !
En France c’est connu, on s’embrasse beaucoup. Et le cours de la bise varie selon les régions, tout comme le sens de circulation : on commence tantôt par la joue droite, tantôt par la joue gauche. De quoi dérouter parfois.

GC 61 Une welove dossier culture de la gagne itw Pascal aubrit

Interview We love tennis : qu’est-ce que la culture de la gagne ?

 

Le magazine We love tennis et son équivalent papier Grand Chelem m’accordent ce mois-ci une interview dans le cadre du dossier qu’ils consacrent à la culture de la gagne. L’occasion pour moi de m’exprimer sur le sport de haut niveau, la compétition, la victoire, la défaite, des sujets que j’ai pu aborder au cours de plusieurs articles, notamment dans celui-ci où je fais l’hypothèse que la compétition sportive est avant tout un terrain propice pour apprendre à perdre.

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén